Le diplôme bachelor est de mieux en mieux identifié dans le monde scolaire et surtout professionnel. Il bénéficie en effet d’une visibilité maximale, que ce soit d’un point de vue national et international, et permet une employabilité optimale.

Le bachelor, un vrai passeport pour l'entreprise

Le bachelor se veut être un diplôme présentant un équilibre parfait entre les formations courtes de deux ans, et celles plus longues de cinq ans. Ces trois années permettent de former des jeunes qui deviennent de fait opérationnels, répondant très bien aux besoins des entreprises, sans cesse renouvelés. Les PME sont notamment très friandes de ce genre de profils, polyvalents et réactifs. Marketing, administratif, commercial… : tous les postes en middle-management sont ainsi ouverts aux jeunes diplômés !

Mais d’où vient ce caractère opérationnel ? Des enseignants ! Ceux-ci sont en effet pour la plupart des professionnels en activité. La pédagogie est également adaptée : études de cas d’entreprises, travaux de groupe, jeux de rôle, négociation commerciale ou encore simulations d’entretien d’embauche, tout est fait pour s’éloigner du travail scolaire. A cela s’ajoutent les stages, dès la première année, voire la dernière année en alternance !

L’importance de la dimension internationale

Par ailleurs, il n’est pas rare que certains bachelors soient intégralement dispensés en anglais. Les titulaires de bachelor sont ainsi très appréciés pour leur excellent niveau dans les langues étrangères. En outre, ce diplôme donne bien souvent la possibilité de partir pour un semestre d’études à l’étranger, voire un stage complet. Une façon de s’adapter aux différences culturelles, ce qui est très utile en matière de commerce et de management !

Les langues ainsi maîtrisées « sont synonymes d’autonomie, de prise de risque, de sens de l’adaptation. On sait que ces jeunes diplômés ne se laisseront pas facilement déstabiliser par des imprévus, car ils ont été confrontés à l’inconnu », précise Florence, coordinatrice des échanges internationaux d’une école de commerce.

Du diplôme à l’emploi, il n’y a qu’un pas

Les étudiants ayant opté pour un bachelor connaissent un taux d’insertion professionnelle record, bien au-delà des 80 %. Ainsi, près de 90 % des diplômés Bachelor EGC trouvent un emploi dans les six mois qui suivent l’obtention de leur diplôme ! Même son de cloche à Toulouse Business School, avec 91 % de jeunes en activité 3 mois seulement après la fin de leurs études.

Et, en plus de trouver un emploi, les jeunes diplômés y restent ! Ils sont ainsi plus de 30 % à avoir un contrat à durée indéterminée (CDI) dès leur sortie de l’école. Une proportion qui passe à 70 % après 3 ans d’ancienneté, et qui se stabilise ensuite à 85 % à 5 ans.

Orientations
Partagez cet article à vos amis

commentaires